Coopération Militaire : Le Général De Division M’Bemba Moussa Keita et ses homologues français et britannique planchent sur la sécurité au Mali

Le Chef d’état-major général des Armées, le Général de Division M’bemba Moussa Keita, a reçu en audience ses homologues français et britannique, le mercredi 20 mars 2019, dans la salle de conférence de l’Etat-major général des Armées.

Le chef d’état-major des armées  françaises, le général d’armées  François Lecointre et le général  Nick Carter, chef d’état major des armées du Royaume Unis,  se sont entretenus avec le général Keïta pendant une heure. Cette entrevue a essentiellement porté sur la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger. Le Chef d’état-major malien et ses homologues ont aussi fait le point de la situation sécuritaire qui leur a permis de constater les grands progrès qui ont été réalisés depuis quelques années.

Visiblement rassuré, le Chef d’état-major des armées françaises, le général François Lecointre notera que ‘’les choses progressent ’’. Il s’est dit confiant en la capacité de notre pays de pouvoir traiter ses sujets à fond, des sujets qui paraissent complexes et difficiles, mais qui sont abordés avec beaucoup de détermination par les autorités maliennes. Le général français s’est dit satisfait de voir que « les débris » de l’Armée malienne de 2013 ont donné aujourd’hui une armée en pleine phase de reconstruction, qui se bat, qui est une armée de la Nation malienne et qui agit sur la totalité du territoire malien avec courage contre des groupes terroristes certes puissants et qui ne reculent devant aucun mode d’action mais qui sont de plus en plus affaiblis face à une armée qui est au combat avec énergie. L’officier général français se dit confiant en la capacité de l’armée malienne  d’intégrer dans ses rangs les gens du nord comme ceux du sud, facteur clé de la reconstruction d’un Mali fort et réconcilié. Le général Lecointre fait le constat d’une armée mieux équipée et bien commandée. Il a enfin réitéré son soutien au général Keïta dans son œuvre de reconstruction de l’Armée malienne.