DDR, SECURITE ET PAIX: responsabilité, fiabilité des critères, volonté des acteurs et réalisme des effectifs garantissent le processus.

Les préoccupations ci-dessus servent de viatique au processus du Désarmement, Démobilisation et Réinsertion (DDR).

Le processus du DDR arrive progressivement à sa phase cruciale. Chacun des ex-combattants aspire à une nouvelle vie. Divers choix et opportunités s’offrent : la vie civile et les forces armées et de sécurité.

Mais dans tous les cas l’exercice n’est pas facile. Il requiert quelques viatiques et/ou ingrédients essentiels.  Entre la volonté ou le choix de tel ou tel domaine, et la capacité réelle d’y exercer, des critères constituent toujours une épreuve.

Pour les éléments désireux de faire carrière dans les Forces de défense et de Sécurité (FDS) du Mali, cela apparait tributaire d’abord de la capacité d’absorption des armées et services. Encore que les mouvements signataires ont déclaré chacun détenir plusieurs milliers de combattants.

Nombre d’entre eux sont des déserteurs à répétition des FDS. Certains se sont auto octroyés des grades de leur choix. Des fois, sans se sourciller de l’adéquation grade- emploi, etc. Imaginer que tout le monde veuille être général ! Imaginer que tout le monde ne réponde pas aux critères primaires de telle ou telle profession !

Les mouvements ont annoncé de gros effectifs de combattants. En son temps, c’était surtout pour bénéficier d’espèces sonnantes et trébuchantes. Aujourd’hui, c’est l’heure des comptes. Il faut attendre de voir concrètement tout cela, en fonction bien évidemment de la capacité de résorption de l’armée malienne.

Assez souvent ces effectifs modulent l’accompagnement et l’appui des Partenaires Techniques et Financiers (PTF).

En somme, le succès du processus DDR résulte de la responsabilité des acteurs, de la validité et la fiabilité des critères d’éligibilité, du réalisme des effectifs annoncés ou disponibles et surtout de la volonté de toutes les parties.

Il ne faut point douter de ce que la commission nationale DDR, en toute responsabilité, assure sa partition avec honneur. Surtout le franc-parler et franc-agir de son président y contribueront.

La sécurité et la paix, dans un contexte de post-crise, sont tributaires du succès du DDR dont la réussite appelle les viatiques évoqués plus haut.

Alors, chacun doit se mobiliser pour la réussite du DDR. Il importe alors que chacun s’engage.