Forces Armées Maliennes: Présentation

Fondées le 1er octobre 1960 après l’indépendance du pays vis-à-vis de la France, les forces armées maliennes se composent d’une Armée de terre, une armée de l’air, une garde nationale ainsi que d’une Gendarmerie.

Les forces armées maliennes ont participé à des missions de maintien de la paix en République démocratique du Congo (ONUC en 1960-1964 et MONUC depuis 1999), au Liberia en 1990, en Sierra Leone en 1997 et Centrafrique en 2000.

La guerre de la Bande d’Agacher, également connue sous le terme de Guerre de Noël, est un conflit de frontière entre le Mali et le Burkina Faso en 1985 autour de la bande d’Agacher, une bande de terre semi-désertique de 160 kilomètres de long et de 30 kilomètres de large se trouvant entre le nord du Burkina Faso et l’est du Mali. Commandant Thomas Sankara : 4 600 hommes, pertes 141 morts et 257 blessés côté Burkina Faso. Commandant Moussa Traoré: 7 600 hommes, pertes 38 morts et 17 blessés côté Mali.

Durant les années 2000 et au début des années 2010, des militaires maliens sont entraînés par des instructeurs américains dans le cadre de l’opération Enduring Freedom – Trans Sahara. L’armée malienne a souffert de l’intégration des rebelles touarègues dans l’armée régulière à la suite d’un accord conclu en 1992 entre le gouvernement et les groupes rebelles.
Entre janvier et avril 2012, l’armée malienne subit une série de revers aboutissant à la partition de facto du pays.

Commandement et Administration centrale

Le commandant en chef des armées est le président de la République (Assimi Goita), assisté du ministre de la Défense, le chef d’état-major est le général Oumar Diarra.
L’administration centrale du Ministère de la défense se compose de :
• l’État-major Général des Armées (EMGA)
• l’État-major de l’Armée de Terre (EMAT)
• l’État-major de l’Armée de l’Air (EMAA)
• l’État-major de la Garde Nationale du Mali (GNM)
• la Direction Générale de la Gendarmerie Nationale (DGGN).