Lutte contre le terrorisme et la criminalité transfrontalière: Le conseil des chefs d’état-major du CEMOC a planché sur le sujet

vlcsnap-1168-02-19-20h45m53s233La 3èmeréunion du Comité d’Etat-major opérationnel conjoint (CEMOC) s’est tenue le 05 Mai à l’hôtel Salam de Bamako sous la présidence du ministre de la Défense et des anciens combattants, M. Tiéman Hubert Coulibaly.

Les chefs d’Etat-major des armées de l’Algérie, du Niger de la Mauritanie et du Mali qui composent la CEMOC ont  pris part à cette réunion. Il s’agit du Général-major Chérif Zerrad de l’Algérie, le Général de Division Garba Seyni du Niger, le Général Hanena O. Sidi de la Mauritanie et le Général de Division Mahamane Touré du Mali.

Cette réunion organisée au Mali visait à renforcer et magnifier la volonté des chefs d’Etat-major du CEMOC de poursuivre la coopération sécuritaire, en axant leurs efforts sur les échanges d’informations et de renseignements, renforcer davantage la surveillance et le contrôle des frontières communes, veiller à la coordination des actions de part et d’autres des frontières et veiller à optimiser et à rentabiliser l’exploitation des réseaux sécurisés d’échanges de renseignements en vue de lutter efficacement contre le terrorisme et la criminalité organisée.

Elle permettra également entre autres de renforcer la surveillance des frontières par la multiplication des missions opérationnelles, planifier au niveau des commandements opérationnels concernés des patrouilles conjointes à exécuter le long des frontières communes et instaurer par des unités déployées le long des frontières communes un bulletin de renseignement hebdomadaires (BRH) à transmettre au CEMOC.

Le Président en exercice du CEMOC, le chef d’Etat-major général des armées du Mali, le Général Mahamane Touré, a d’abord, rendu grâce à Allah qui a permis qu’une réunion du Conseil se tienne pour la 3ème fois sur le sol malien. Il a aussi remercié tous les officiers, sous-officiers et militaires du rang qui ont tout mis  en œuvre pour le succès de cette rencontre. Il a souligné que la 1ère réunion extraordinaire des chefs opérationnels et du renseignement militaire, tenue à Gao du 21 au 23 Décembre 2015, rentre dans le cadre de la mise en œuvre des nouvelles propositions. Selon lui, cette réunion aura permis une appréciation partagée de la situation sécuritaire dans les pays respectifs et surtout d’échanger sur les activités des groupes terroristes sur les zones frontalières.

Pour lui, la présente réunion devra se prononcer sur les modalités de rotation de la réunion des chefs opérationnels et du renseignement militaire comme consigné dans le Procès-verbal, mais aussi examiner les propositions faites par l’Etat-major du CEMOC.

Ainsi, il a affirmé que les attentes du Mali par rapport au CEMOC restent grandes en raison de sa situation géographique, partageant d’immenses lignes de frontière avec tous les autres pays du champ de notre organisation, mais aussi du redéploiement très prochain des Forces armées maliennes au Nord du pays dans le cadre de la mise en œuvre des dispositions pertinentes de l’Accord pour la paix et de réconciliation nationale, issu du processus d’Alger.

Quant au ministre de la Défense et des anciens combattants, Tiéman Hubert Coulibaly, il a souligné que les frontières (Mali, Algérie, Niger et Mauritanie) ne sont pas aujourd’hui des obstacles et ne devraient pas être des points de fragilité. Le Mali, au cœur de cet espace-là, entend tout mettre en œuvre pour que ses frontières deviennent un atout et un espace d’épanouissement pour les populations. Il a affirmé que ce cadre d’échanges est le fruit de la vision commune des chefs d’Etats respectifs du CEMOC pour coordonner les actions de lutte anti-terroriste et de la criminalité organisée. La région du sahel est aujourd’hui à la croisée des chemins, car elle est confrontée depuis une dizaine d’année à une crise sécuritaire sans précédent. Il a noté qu’il convient de rappeler à cet égard que le Mali avait, lors de la réunion du Conseil des chefs d’Etat-major tenue en avril 2011 à Bamako, souligné les risques d’une déstabilisation dans le sahel en raison de la crise libyenne.

Le ministre Coulibaly a rappelé à cette rencontre des hauts responsables des armées que les autorités maliennes ont toujours prôner une pleine coopération au niveau régional pour faire face aux défis du terrorisme et de la criminalité transnationale. Il a en outre exhorté les chefs d’Etat-major du CEMOC à continuer d’explorer toutes les possibilités de coopération permettant d’optimiser nos moyens et nos intelligences dans la lutte contre le terrorisme.

A Koulouba où les chefs d’Etats-majors du CEMOC ont rencontré le président de la République, chef suprême des armées, Son Excellence Ibrahim Boubacar Keita, ils se disent satisfaits, car IBK leur a donné des sages conseils et des orientations pour la réussite de leurs missions.

Au sortir de cette rencontre, un document final a été signé par les participants. Ainsi, le Général de Division Garba Seyni a affirmé qu’en dépit de l’effort et des résultats que nous avons pu obtenir, les terroristes conservent toujours leurs capacités de nuisance, mais les chefs d’Etat-major trouveront les meilleures voies pour parer aux actions terroristes. Pour lui, les résultats sont satisfaisants car, il y’a deux ans le Nord du Mali n’était pas comme il est aujourd’hui.

Pour finir le Général Mahamane Touré s’est dit satisfait du travail accompli et attend avec impatience la prochaine réunion du CEMOC qui est prévue en Septembre 2017 à Bamako.

Sgt Malamine TANGARA