Lutte contre le terrorisme : Les chefs d’État du G5 Sahel et leurs partenaires pour une meilleure cohérence dans les opérations

Les Chefs d’État des pays membres du G5 Sahel et le Président de la République française se sont réunis le 30 juin 2020 à Nouakchott, en Mauritanie. Le Point de la mise en œuvre de la feuille de route de Pau. Ils ont fait le point de la mise en œuvre de la feuille de route convenue lors du Sommet de Pau (France), tenu le 13 janvier 2020.

EVALUATION DE LA SITUATION AU SAHEL

Ils ont en outre évalué la situation au Sahel. Aux termes des travaux, les chefs d’Etat ont exprimé leur préoccupation face à l’expansion de la menace terroriste dans la sous-région et ont souligné l’urgence d’une action collective et énergique en vue de l’éradiquer.

DYNAMISATION DES PCMS

Ils ont noté avec satisfaction la dynamisation progressive du cadre d’échange, d’analyse et d’exploitation coordonnée des renseignements à travers le processus d’institutionnalisation de Plateformes Nationales de Coopération en Matière de Sécurité (PCMS).
Les Chefs d’Etat du G5 Sahel ont salué l’engagement des effectifs supplémentaires de la Force Barkhane au cours du dernier semestre et l’opérationnalisation du Mécanisme de Commandement conjoint facilitant la coordination entre la Force conjointe du G5 Sahel et la Force Barkhane.

DES OPERATIONS FRUCTUEUSES DANS LA ZONE DES TROIS FRONTIERES

Ils se sont félicités de la reprise des opérations soutenues dans la zone des Trois frontières, et les succès enregistrés par les forces nationales, la Force conjointe et les forces internationales.

CHEF AQMI NEUTRALISE

Ils ont salué la neutralisation du chef d’AQMI le 3 juin 2020 dans le secteur de Tessalit par la Force Barkhane et ses alliés.

PLAN D’ACTIONS CEDEAO

Les Chefs d’Etat saluent également l’adoption par la CEDEAO d’un plan d’actions prioritaires 2020-2024 pour éradiquer le terrorisme dans l’espace CEDEAO. Ils  encouragent sa mise en œuvre effective et saluent les concertations avec les parties prenantes.
Les Chefs d’Etat apprécient grandement, dans le cadre de ce plan d’actions, la mise à disposition du Mali, du Burkina Faso et du Niger, d’un soutien en vue de participer à la sécurisation des trois frontières de la Zone LIPTAKO.

CRAINTE D’UN NOUVEAU FRONT TERRORISTE

Les Chefs d’État ont néanmoins noté la persistance d’un second front dans la zone du Lac-Tchad au Niger et au Nigeria et un renforcement des capacités terroristes locales dans ces zones, remettant en cause les résultats obtenus lors de l’opération « Colère de Boma ». Ils ont également noté l’extension de la menace terroriste en direction de la Côte d’Ivoire suite à l’attaque récente de la garnison ivoirienne de Kafolo. Ils sont tous unanimes que le renforcement des capacités  militaires des Etats se poursuit et demeure crucial.

SOUTIEN DES PARTENAIRES

L’engagement et le rôle déterminant de l’Union européenne en matière de conseil, de formation, d’équipement et d’infrastructures ont beaucoup retenu l’attention des chefs d’État.
Ces efforts sont valorisés et mis en cohérence dans le cadre du Partenariat pour la sécurité et la stabilité au Sahel (P3S).

Tout en saluant l’engagement et les apports des autres partenaires, notamment des Etats-Unis, les Chefs d’Etat ont insisté sur la nécessité de poursuivre et de renforcer l’appui en équipements des Forces de défense et de sécurité des États membres du G5 Sahel et de la Force conjointe.

Le président IBK était accompagné du  Chef d’état-major général des Armées, le général de division Abdoulaye Coulibaly.

Nb le titre et les intertitres sont de la rédaction