OPERATION « SENO » La grande offensive contre les ennemis de la paix se poursuit

Depuis un certain temps, les cercles de Bankass, Koro, Douentza, Bandiagara, Djenné dans la région de Mopti et Tominian dans lerégion de Ségou, connaissent une recrudescence des attaques de bandits armés et des groupes terroristes. Face à cette situation et en vue de mieux protéger les populations, le haut commandement a lancé une opération dénommée ‘’ SENO ‘’. Cette opération estune offensive musclée des FAMa contre les terroristes dans la partie Est de la région de Mopti, le long de la frontière avec le Burkina-Faso. Cette zone montagneuse était devenue le sanctuaire des djihadistes.

La zone était devenue ces derniers temps une véritable poudrière avec son corollaire d’assassinats, d’enlèvements d’animaux et des pillages de paisibles populations dont le seul tort est de vivre dans cette partie du pays.
La fréquence des attaques à Dioura, Boni, Boulkessi, Ténénkou, Diafarabé, et Kouleinzéa créé non seulement la psychose chez les populations, mais a provoqué aussi la reponse de la hiérarchie militaire. Face à cette situation dramatique, les chefs d’Etat-major et Directeurs de service sous l’impulsion du ministre de la Défense et des anciens combattants se sont réunisau Camp Ba-Lobbo de la 6ème région militaire à Sévaré pour mettre en place urgemment une opération afin de faire face à ce narco-terrorisme d’où la naissance de l’Opération SENO.
L’opération porte le nom de la plus grande plaine de la région de Mopti qui s’étend sur tous les cercles de ladite région. Elle a été planifiée au mois d’octobre dernier pour une durée de trois (03) mois.
Elle a pour mission de bouter hors de la zone les terroristes et les narcotrafiquants et appréhender leurs complices pour des fin d’enquête, ce qui va instaurer un climat de paix et de quiétude dans la région.
Ladite opération s’étend de Tominian à Mondoro sur une distance de 290 Km d’Ouest en Est et de 105 Km du Nord au Sud.
Sa composition est mixte et comprend les éléments des armées de Terre, de l’Air et des forces de Sécurité.
Après sa mise en place et son déploiement sur le terrain, ‘’SENO ‘’ a commencé d’abord par le renseignement auprès des populations, la reconnaissance aérienne et enfin le démantèlement des réseaux terroristes.
Dans sa mission de sécurisation, SENO a organisé des patrouilles de grandes envergures avec toutes les forces de Défense et de Sécurité en compagnie de la MINUSMA, de jour comme de nuit, pour sillonner la ville de Sévaré et environs. Une patrouille exceptionnelle est aussi organisée tous les vendredispour la sécurisation de la prière de ‘’Jouma’’.
Depuis la prise d’otage de l’hôtel BYBLOS de Sévaréla psychose, même si elle se dissipe progressivement, avait gagné les esprits d’une bonne partie de la population de la Venise malienne.Pour leChef de BataillonTièmoko Mamadou Coulibaly commandantdu 61ème Régiment et Coordinateur sous-secteur 4 de Sévaré, cette patrouille organisée par les FAMa a pour but non seulement de sécuriser les populations et leurs biens, mais aussi de rassurer cette population par la présence de l’armée nationale.
Pour la réussite de l’opération ‘’SENO’’, l’armée de l’Air amené des missions de reconnaissance aérienne, la surveillance, le guidage des troupes au solet en cas de necessité des appuis feux.Ses missions de reconnaissance sont effectuées par des avions Tétras qui font des photos.
Au cours de l’opération, les appareils ont effectué plus d’une quarantaine de sorties aériennes soit à peu près 100 heures de vol. Selon,le Capitaine d’aviation Abdoulaye Diakité, Chef de Centre de coordination des opérations aériennes du théâtre (CCOAT), les difficultés majeures rencontrées sont le manque de couverture aérienne efficiente de la zone d’extension de l’opération dans un temps record et le passage des populations dans des zones suspectées lors desmanœuvres.
La Gendarmerienationale aégalement joué une part active lors des opérations à travers ses brigades territoriales basées àYouwarou, Ténénkou, Douentza, Hombori et Boni. Elle aaussi assuré la protection des points sensibles de la région et la recherche de renseignements au profit du poste de commandement. Elle a déployé un peloton de gendarmes en vue d’assurer la mission de prévôté.
Le commandant de la 5ème Légion de Gendarmerie de Mopti à Sévaré, le lieutenant-colonel Olivier Diassana a précisé qu’avec l’opération SENO, 45 présumés terroristes ont déjà été déférés devant le juge anti-terroriste à Bamako.
Présente sur toute l’étendue du territoire national, même dans les hameaux, la Garde nationale a un Peloton à Mondoro et une unité spécialisée dans la lutte anticriminalité qui est une composante de l’opération SENO.
La Police et la Protection civile participent respectivement à la fouille systématique des véhicules, des sacs, l’identification des personnes suspectes en vue de les conduire à la Gendarmerie ou au commissariat de police le plus proche. Elles assurent aussi l’évacuation des blessés, etc…
Pour le Directeur régional de la Protection civile de Sévaré, le commandant Naman Keïta, depuis le début de l’opération SENO, la Protection civile n’a enregistré aucun cas d’évacuation comme pour dire que tout se passe dans un professionnalisme envié.
A l’Est de Sévaré dans les montagnes escarpées et difficiles d’accès aux véhicules, les terroristescommettaient leurs forfaitsen opérant sur motos et par petit groupe de 2 à 4, voir au maximum 10 personnes. Leur mode opératoire étant connu, les FAMas’y adaptent d’où l’envoie de plusieurs motos par le ministère de la Défense et des anciens combattants.
Au cours d’une offensive contre les terroristes et leurs alliés, les FAMa ont réalisé une bonne moisson en saisissant sur l’ennemi une vingtaine de motos Sanily, des ordinateurs portables, des clés USB, des téléviseurs, des téléphones fixes, des tenues treillis, des munitions de calibres différentes et des armes. Cette offensive a permis aussi la destruction des réseaux de communicationsterroristes.
Selon, le colonel Daoud Aly MohammedineCommandant de la 6ème région militaire, le début de l’opération n’a pas été facile puisque la collaboration de la population manquait, elle se montrait méfiante craignant les représailles des éléments terroristes. Mais à travers la communication et des missions de sensibilisation des FAMa, l’opération ‘’SENO’’ a portéses fruits grâce aux soutiens despopulations qui ont compris l’importance de la mission. Cette collaboration a abouti à des arrestations et des démantèlements de groupes terroristes, etc. Il soutient que lapopulation constitue un maillon solide pour les FAMa.
Pour le colonel Daoud,les FAMa ne ménageront aucun effort pour la sécurisation des personnes et leurs biens. Il les a invités à maintenir ce niveau de collaboration avec les FAMa pour réussir ce combat contre le terrorisme qui est une lutte de longue haleine.
Quant au moral de la troupe, le colonel a profité de l’occasion pour féliciter ses hommes et les encourager. Il n’a pas caché sa satisfaction et sa fierté à l’endroit de ses hommes pour le travail accompli avant d’affirmer que l’opération ‘’SENO’’ se porte à merveille et l’espoir est permis.
A Bankassoù se trouve déployée une unité de la force, le préfet, le maire et le président du Conseil de Cercle ont tous apprécié l’opération. Le président du Conseil de cercle de Bankass, Amadou Yarro a lancé un appel solennel à l’endroit de la jeunesse pour qu’elle dénonce les ennemis de la Nation quel que soit le prix à payer, car, pour lui, la jeunesse constitue le bras valide des djihadistes, elle a intérêt à se ressaisir, a-t-il prévenu.
Pour honorer la mémoire des soldats tombés en janvier 2013 à Konna, le Col Daoud Aly Mohammedine, les élus et les notabilités deKonnaont rendu un hommage à plus de 50 soldats qui reposent désormais dans le cimetière de Sama-Konna.
Dans sa déclaration le Gouverneur de la région de Mopti, KamanKanéavant de saluer l’opération a fait un rétrospectif sur les attaques des djihadistes courant 2015. Il a indiqué que le 6 janvier 2015 l’arrondissement de Dioura a été attaqué par les Djihadistes qui ont ensuite brûlé l’arrondissement et les locaux de la mairie. Peu après le préfet de Ténénkou sera assassiné. Ces forfaits ont été suivis par plusieurs meurtres, a déploré le chef de l’exécutif régional.
Selon le gouverneur, depuis la mise en place de l’opération ‘’SENO’’, la région de Mopti a connu une accalmie, même si elle reste relative. Dans les cercles de Bankass etKoro les populations vaquent tranquillement à leurs occupations. Ténénkou qui était l’épicentre même de l’insécurité dans la région renoue avec les activités, a indiqué le gouverneur. Il a souhaité une extension de l’opération ‘’SENO’’aux cercles de Ténénkou et de Youwarou.

Envoyé spécial
Sgt d’aviation Malamine TANGARA