Patrouilles conjointes Barkhane-FAN-FAMa dans la zone frontalière Mali-Niger

Les FAMa en collaboration avec Barkhane et les FAN (forces armées nigériennes) ont lancé le 22 mai 2016 à Ménaka, une vaste opération d’envergure tripartite baptisée SIHAM.

Coordonnée depuis N’Djamena (Tchad), cette opération avait pour objectif de contrôler le quadrilatère Ansongo, Inékar, Yassane et Efrakane.
Il s’agissait de sécuriser la frontière Nigero-Malienne, rassurer la population, faire du renseignement, mettre la pression et traquer les terroristes qui y ont trouvé refuge.
Il s’agissait aussi pour cette opération de démanteler des caches d’armes, des dépôts logistiques et faire des actions civilo-militaires à l’endroit des populations déjà éprouvées par la crise. Durant 13 jours, FAMa, Barkhane et FAN ont fouillé, entre autres, les principaux sanctuaires des terroristes à savoir, les forêts de Sorori, Timida, Tabankorte mais aussi, celles d’Akabar et d’Inraban où les terroristes reçoivent toutes sortes de soutiens.

Dans un contact établi avec les Fama sur le terrain à Efrakane, le commandant de la branche armée de la Coordination des Mouvements de l’Asawad (CMA) Adoun Ag Abacher a indiqué que le chef des terroristes de la zone se nomme Abou Walid et qu’il est du Polisario. Il a affirmé que toutes les poses de mines, les viols, les vols et enlèvements sont à l’actif de ce dernier.
Adoun Ag Abacher a réaffirmé son soutien indéfectible pour traquer ce terroriste dont la présence dans la zone a causé l’arrêt de plusieurs foires hebdomadaires, et le départ des ONG humanitaires favorisant ainsi la famine et les maladies. Il a rappelé que les hommes d’Abou Walid sont majoritairement composés de Peulh, de Daussak et de Tamashek.
Son adjoint Hadana Ag Haimaha a indiqué que les affrontements sont courants entre ses hommes et ceux d’Abou walid. Selon lui le dernier fut le plus meurtrier et durant lequel il a perdu 16 de ses combattants. Il a ajouté qu’Abou Walid est toujours suivi de plusieurs motos, mais qu’avec les renseignements, il se déguise en nomade pour rallier les points de rencontres.

Pour le mettre hors d’état de nuire, Hadana Ag Haimaha a préconisé une opération similaire en catimini puisqu’il a des moyens de renseignement efficaces.
Le commandant de la partie malienne, le capitaine Karim Camara, dira que cette opération est venue à point nommé car ladite zone est infestée de trafics de tout genre et qu’elle a permis aux FAMa de se familiariser avec sa population, s’imprégner du climat dans lequel évolue les concitoyens.
Cette opération a connu une réussite totale car de Tin Hama à Amalaoulaou en passant par Ménaka, Banguel et Indiakalan, un seul mot résonnait à chaque fois de la bouche des populations « le Mali ». ‘’Nous avons renoué le contact avec une population qui croit toujours en nous et qui nous soutien malgré la recrudescence de l’insécurité et les représailles des terroristes’’ a souligné le capitaine Camara.
Le capitaine Eric, commandant la troupe Barkhane a, pour sa part, déclaré que même si l’ennemi n’a pas été rencontré physiquement, il n’en demeure pas moins qu’il a été démantelé grâce au concours de la population. Il a salué la bonne collaboration entre les trois armées sur le terrain et réaffirmé le soutien de la France pour la lutte commune contre le terrorisme.

Sgt Daouda Fofana