Séance de travail entre Barkhane et la Force conjointe du G5 sahel à Gao

Les forces partenaires de l’opération BARKHANE affirment une nouvelle fois leur attachement à la coopération avec les forces armées européennes, mercredi 13 janvier2021, la Force Barkhane a accueilli une délégation d’autorités des forces armées sahéliennes dans sa Base de Gao. Le chef d’état-major de l’armée de Terre du Mali, le Colonel Felix DIALLO, accompagné du sous-chef d’état-major chargé des opérations à l’état-major Général des armées du Mali, du général nigérien commandant la Force conjointe du G5 Sahel (FCG5 Sahel), du sous-chef opérations de l’état-major des armées burkinabés ou encore le chef d’état-major de l’armée de Terre nigérienne étaient présents dans la Citée des Askia.

Ils ont échangé sur le déroulé de l’opération conjointe dénommé « Eclipse » en cours dans laquelle sont engagés soldats Français et Famas pour neutraliser les groupés armés terroristes qui opèrent dans le Gourma.

« Le partenariat engagé sur cette opération est une prouesse. Je considère que c’est un vrai défi que nous relevons ensemble aujourd’hui ! », a souligné le général Etienne Faury, Général adjoint opérations (GAO) de la Force Barkhane,

Le général a souhaité d’abord la bienvenue aux différentes autorités présents à Gao pour la circonstance et a procédé à la présentation des opérations en cours, Il s’agit entre autres de l’Opération « Bourrasque » au Niger et de l’opération « Eclipse » dans le secteur d’Hombori au Mali,

Elle repose sur une approche stratégique fondée sur une logique de partenariat avec les principaux pays de la Bande sahélo-saharienne (BSS) : Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad. Elle regroupe environ 5 100 militaires dont la mission consiste à lutter contre les groupes armés terroristes et à soutenir les forces armées des pays partenaires afin qu’elles puissent prendre en compte cette menace

Le colonel Pieau, chef d’état-major du PC avant, a expliqué le rôle des différentes cellules œuvrant à la bonne mise en œuvre des opérations sur le terrain.  Selon lui, « Les officiers partenaires représentent environ 40% de notre effectif. On ne pourrait pas avoir autant d’ambitions sans leur présence ».

Cette présentation a également été l’occasion pour les différentes délégations de poser des questions notamment sur la coordination fine dans la cadre de la conduite des opérations.

Le général Etienne Faury s’est réjoui du bon fonctionnement du partenariat : « il s’agit du fruit de l’entraînement commun. C’est un modèle que nous devons renouveler. Il y a une vraie complémentarité entre nos armées. Les partenaires sont mobiles, ils connaissent le terrain, … C’est un avantage ! ». 

Selon le Colonel Felix DIALLO Chef d’Etat-major de l’Armée du Mali, « l’objectif de ce partenariat de combat est à la fois ambitieux et audacieux : c’est le début d’un cycle de coopération qui vise à engager conjointement des compagnies maliennes et françaises dans une opération majeure contre les groupes armés terroristes. D’inconnus à frères d’armes, ils sont désormais prêts à mener des opérations d’envergures dans le Gourma afin de poursuivre la lutte contre les groupes armés terroristes. Les patrouilles conjointes menées côte à côte et les liens tissés au cours de l’opération « Eclipse » ont créé une confiance indéfectible entre soldats maliens et français ».

Ensuite une visite des installations de la Base de Barkhane à Gao a occupée l’après-midi.

Cette visite fut l’occasion de présenter aux autorités partenaires les savoir-faire français dans le domaine du génie et de l’aérocombat. L’accent a été notamment mis autour des capacités de lutte contre les engins explosifs improvisés, sous forme d’atelier et par la démonstration d’une équipe cynophile spécialisée dans la recherche d’explosif.

Au sein du Groupement tactique désert (GTD) aérocombat, ils ont pu appréhender les capacités d’héliportage de combat et de logistique de l’hélicoptère britannique Chinook et les capacités de fulgurance et d’attaque de l’hélicoptère français Tigre.

Cette séquence s’est conclue par les explications d’un médecin spécialisé dans le transport médical par hélicoptère dans le cadre des opérations : « globalement, nous pouvons réaliser les mêmes gestes de soins (perfusion, radiographie, etc.) que dans un service d’urgence traditionnel, la difficulté résidant dans la position dans laquelle nous travaillons (accroupi) et la stabilité de l’appareil » a expliqué le médecin.

Cette journée, riche en échanges et réflexions, a constitué une véritable plus-value pour la Force Barkhane et ses partenaires de combat pour les opérations à venir.

Conduite par les armées françaises, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, l’opération BARKHANE a été lancée le 1er août 2014. Elle repose sur une approche stratégique fondée sur une logique de partenariat avec les principaux pays de la bande sahélo-saharienne (BSS) : Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad. Elle regroupe environ 5 100 militaires dont la mission consiste à lutter contre les groupes armés terroristes et à soutenir les forces armées des pays partenaires afin qu’elles puissent prendre en compte cette menace.

La qualité des échanges et du partage des savoir-faire entre Barkhane et les pays du G5 Sahel est un succès. Barkhane insiste sur la nécessité de ne former qu’un seul bloc face à l’adversité et de bâtir une fraternité d’armes.

Une remise de cadeau symbolique à mis fin à cette journée de travail entre Barkhane et les autorités militaires du G5 sahel.