Cérémonie de remise à l’eau du BAC de Didi : Un facteur de désenclavement salué par les populations du Gourma et du Haoussa

DSC_4597Le Mécanisme opérationnel de coordination (MOC) en accord avec les autorités de la région de Tombouctou et la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) a remis en état de navigation le bac de Didi, qui jadis servait de pont entre les populations du Haoussa et de Gourma. L’événement s’est déroulé le 17 juillet 2016 en présence du chef de cabinet du gouverneur, Bakary Amadi Traoré, du préfet de Rharous Abdoulaye Maiga, du premier adjoint au maire de la commune de Ber, du chef du bureau de la MINUSMA Licardo MAYA , des représentations locales et des FAMa.

DSC_4599Pour le chef de village de Didi, Sidi Ag Mohamed, le redémarrage du bac est un événement historique et heureux car, il permettra à la population des deux rives qui a tant souffert des conséquences de l’enclavement de se rencontrer, échanger, développer le trafic de commerce mais aussi de renouer les liens séculaires qui font la force de la commune. Il a en outre invité les populations à s’accepter, à se  réconcilier pour le retour de la paix. ‘’Nous devons tourner la page des événements malheureux dans nos cœurs et se donner la main afin que tous les habitants et l’ensemble de la région s’approprient cette paix tant souhaitée’’, a-t-il fait savoir.

Le représentant de la CMA Sidi Ould Mahamed, n’a pas tari d’éloges à l’endroit de la MINUSMA qui, de son point de vue, s’est investie pour mobiliser et  réunir les acteurs et pour atteindre ces résultats. Selon lui, la CMA a adhéré à l’initiative et s’est entièrement engagée pour faire de cette mise à l’eau du bac un véritable succès pour le plus grand   bonheur des populations du Gourma et du Haoussa.

Quant au chef du bureau du MOC de Tombouctou, Mohamed Ould Nazim, ce geste de désenclavement va  redonner  espoir aux populations. Il a précisé que la paix sera acquise si tout le monde s’y engage. Il a en outre rappelé que les autorités administratives de Tombouctou ont offert 1000 litres de gasoil pour la navigation du bac et que la traversée est gratuite jusqu’à nouvel ordre.

Pour sa part, le représentant du bureau de la MINUSMA de Tombouctou, Licardo Maya s’est dit très heureux de voir tous les acteurs se réunir autour d’un seul objectif, celui du bonheur et de la prospérité des populations qui ont en partage cette zone.

Quant aux autorités régionales, elles ont émis le vœu de voir ce pont soudé les liens avant d’inviter les populations à faire bon usage de ce joyau aux avantages inestimables.

Il faut cependant rappeler que le bac avait été retiré de l’eau, après la reconquête des régions du nord par les forces armées maliennes, à cause des enlèvements à répétition des véhicules dans le Gourma par les bandits armés.

CAL Alhassane ALDJOUMATI